Appliquer le gras et le maigre en peinture à l’huile

Alors qu’un article concernant la règle du gras sur maigre a déjà été publié en 2013 (réactualisé depuis, pour le lire cliquez ici!), des questions très pertinentes m’ont été posées récemment par un internaute :

Comment s’appliquent les fameuses couches du « gras sur maigre »? Quelles proportions déterminent un produit gras d’un produit maigre? Et combien de couches peut-on appliquer?

Ce sujet n’est pas aussi compliqué qu’il y parait. Voici quelle a été ma réponse :

Comment définir un produit gras et un produit maigre?

 Plus un produit contient de l’huile, plus il est gras.
Cependant, rajouter de l’essence en vue de l’amaigrir n’est qu’illusion, car pour qu’un produit soit maigre, sa teneur en huile doit être faible, hors l’essence dilue l’huile sans pour autant la supprimer.
C’est donc la quantité d’huile qui détermine si un produit est gras ou maigre, et non la quantité d’essence.
Dans un récipient, si de l’huile et de l’essence sont mélangées, au bout d’un certain temps l’essence se sera évaporée alors que la dose d’huile restera la même. C’est ce processus d’évaporation qui fait qu’une peinture devient de plus en plus grasse avec le temps.
Par exemple, les peintures qui sortent du tube deviennent plus grasses si elles sont mélangées avec un médium ou une huile pure.
Il est important de comprendre qu’il n’y a pas de pourcentage exacte qui détermine le gras ou le maigre. En réalité, un produit est considéré comme gras ou maigre par rapport à un autre.

Comment appliquer la règle du gras sur maigre?

Peu importe le nombre de couches à appliquer ou les produits utilisés, il faut simplement que la nouvelle couche de peinture soit plus grasse que la précédente. Ce qui se traduit par l’augmentation d’huile ou de résine au fur et à mesure de l’élaboration de votre oeuvre.

Exemple :

A vous de jauger les quantités d’essence, d’huile ou de résine à utiliser (A savoir qu’un médium à peindre est composé de ces trois éléments, il sera modifiable selon l’ajout que vous lui apportez).
  1. La 1ere couche peut être réalisée par l’emploi de couleurs sorties du tube fortement diluées à l’essence de térébenthine, créant ainsi l’ébauche de l’oeuvre. Le résultat ressemblera à un lavis.
  2. La 2e couche peut être un mélange des couleurs sorties du tubes avec un peu d’essence et un peu d’huile, ou un médium à peindre. (Pour savoir quelle huile choisir, cliquez ici!). Les couleurs seront brillantes et lumineuses.
  3. La 3e couche peut être un mélange des couleurs de la couche n°2, ajoutées avec un peu de résine (térébenthine de Venise) diluée elle-même au préalable à l’essence. L’ajout de résine aux couleurs leur procure une brillance et une transparence, idéal pour réaliser des glacis.

Bien évidemment, ce procédé n’est qu’un exemple. De nombreuses combinaisons sont possibles étant donné la quantité de produits disponibles sur le marché (divers huiles et médiums), et innombrables variations dans les proportions.

Mais attention tout de même car cette liberté d’action peut avoir des désastreuses conséquences si elle n’est pas maîtrisée :

  • Ajouter de l’huile ou de la résine en trop grande quantité peut rendre une peinture poisseuse et ne séchant jamais.
  • Trop diluer ses couleurs à l’essence les rend mates et ternes.
  • Les temps d’attente entre chacune des couches doivent être absolument respectés (quelques jours pour les couches maigres, 2 à 3 semaines pour les couches un peu plus grasses, pour en savoir plus, cliquez ici!).
 photo-de-categori-mediums-et-additifs-pour-huilex300

Share Button

23 thoughts on “Appliquer le gras et le maigre en peinture à l’huile

  1. bonjour Amandine,

    Je viens de découvrir un artiste : Matchoro. Je suis impressionnée par les transparences et fluidités. Quelle est cette technque ? des glacis ? merci par avance pour la réponse. Sy

    1. Bonjour, en effet il est fort probable que cet artiste peigne en glacis. Il parvient savamment à mêler opacité et transparence, fondus et contours nets. Le secret de fabrication est détenu uniquement par son créateur…

  2. Bonjour,
    N’est-il pas plus simple de peindre sans ajout de medium? Pour peindre un tableau avec deux couches non « epaisses », peut-on peindre sans medium, diluer un peu a la terebenthine pour la 1ere couche, puis peindre avec la peinture sortant directement du tube pour la 2e couche, et apres sechage du tableau vernir pour avoir ce cote un peu brillant que normalement nous apporte l’huile de lin. Qu’en pensez-vous? La peinture tiendrait-elle dans le temps? Cordialement

    1. Bonjour Gabrielle, la méthode que vous mentionnez est correcte. Si vous parvenez à réaliser ce que vous souhaitez de cette manière alors inutile de se compliquer la tâche, vous avez raison. L’ajout de médium devient indispensable seulement lorsque l’on désire modifier les caractéristiques de la pâte, la rendre plus souple, plus épaisse, plus siccative ou plus transparente. Sinon les couleurs sorties du tube sont de nos jours de bonne fabrication (en ce qui concerne les fines et extra-fines). Les extras-fines sont prévues pour résister 150 ans ! La conservation dans le temps dépend aussi de la qualité des produits.

      1. Merci beaucoup Amandine pour votre réponse. Je découvre votre site qui donne beaucoup d’explications et de bons conseils. J’en suis ravie. J’utilise de l’extra fine L&B que je trouve correcte. Je n’ai ajoute de l’huile de lin qu’une seule fois pour un effet brillant sur une partie d’un tableau. Beaucoup de gens autour de moi trouvent bizarre le fait de ne pas utiliser de medium… Je voulais juste m’assurer que c’était possible. Merci encore!

    1. Oui, à condition que les couches qui la superposent ait la même proportion de gras ou plus. Simple respect de la règle du gras sur maigre.

  3. 2ème question du jour : j’ ai revu la video Sean Scully. Il semblerait qu’il utilise un vernis brillant pourtant je lis sur l’étique produit vernis brillant : Séchage rapide.
    Ne jaunit pas. Ne se voile pas et ne craque pas.
    Ne pas utiliser tant que la peinture n’est pas totalement sèche (6 à 12 mois).
    Ne pas utiliser comme médium.

    Donc normalement le vernis ne s’utilise pas pour mélanger à la peinture. Malgré tout est-ce une pratique courante ?

    1. Ce n’est pas une pratique courante, et pour causes, le possible jaunissement irrémédiable des couleurs que le mélange pourrait provoquer ainsi que les éventuelles craquelures dues à un mauvais durcissement. C’est pourquoi ce n’est pas conseillé mais son emploi n’est cependant pas impossible, notamment pour ceux qui maîtrisent leurs matériaux.

  4. Bonjour Amandine,

    j’ai vu chez le fabriquant Lukas, le « Baume d’essence de térébenthine pure » et sur le flacon est écrit Huile. Finalement c’est quoi : un médium ? de la térébenthine ? de l’essence ? de l’huile ? on l’utilise comment ?
    Merci par avance pour la réponse.

    1. Bonjour Sy,
      Le baume d’essence de térébenthine pure est un diluant pour peinture à l’huile, d’où l’indication « huile » sur le flacon. Il dilue les couleurs à l’huile et dissout les résines lors de la fabrication des médiums et vernis.

  5. Bonjour,
    la fameuse règle du gras sur maigre…
    J’ai acheté deux mediums royaltalens, il s’agit du 084 quick drying et du 083 painting medium…
    C’est peut être étrange mais comment je sais lequel est gras lequel est maigre…

    J’ai commencé a peindre avec le 084, mais peut être est il plus gras?
    Il ne donnent pas la composition de leur mélange comment savoir lequel est gras, lequel est maigre?

    Quelle est le règle gras sur maigre si je n’ai qu’un seul medium?
    Faut-il attendre que la peinture dessique quelques jours…

    Peut on dire d’une peinture qui a dessiqué, qu’elle s’est « amaigri »?

    1. Bonjour,
      Ne pas connaitre la composition des médiums est la raison pour laquelle il est déconseillé d’en utiliser plusieurs au sein d’une même réalisation, notamment à cause des conséquences désastreuses que de mauvais mélanges pourraient causer. Mieux vaut donc employer un seul médium du début à la fin en variant simplement le dosage au fur et à mesure (plus vous ajoutez de médium à vos couleurs, plus elles deviennent grasses).

      Une peinture qui durcit n’est pas amaigrie pour autant car l’huile ne s’évapore pas, au contraire elle capture l’oxygène. Une peinture grasse reste grasse quoi qu’il arrive.

  6. Bonjour Amandine, Question sur la technique majeure du « gras sur maigre » : sean Scully sur la video « the opposite way » ne semble pas adopter cette méthode ? qu’en pensez vous ? quelles seront les conséquences potentielles. merci par avance pour la réponse. Syl

    1. Bonjour, au contraire Sean Scully respecte les délais. La vidéo « The opposite way – Passenger » est trompeuse car le montage nous donne l’impression que l’oeuvre a été réalisée en une seule séance. Hors, sur la 2e vidéo « The opposite way – Testigos », l’oeuvre précédente apparait dans sa première version, en rouge et noir. On comprend donc grâce à ces deux vidéos que « Passager » a été peinte en plusieurs séances respectant vraisemblablement le temps de séchage nécéssaire puisque les nouvelles couches sont superposées sur une surface déjà sèche (dure), les nouvelles teintes ne se mélangent pas aux précédentes. Sean Scully réalise donc ses oeuvres en plusieurs séances.
      Quant au produit qu’il utilise (on peut reconnaitre le logo de Windsor & Newton), il semblerait que ce soit du vernis brillant, compte tenue de la transparence et de la fluidité du produit. Ce qui expliquerait la brillance et la rapidité de séchage de la peinture.

  7. question au sujet de la video d’Anne Pourny. Les grandes plaques pour disposer les couleurs sont en quel matériau ? merci

  8. Bonjour Amandine,
    Je m’interesse bcp à la technique, je viens de découvrire Anne Pourny qui semble -t-il applique de l’eau sur sa toile qui pourtant est en peinture à l’huile ?
    Merci par avance pour votre commentaire
    Syl

    1. Bonjour, les toiles d’Anne Pourny sont réalisées à l’acrylique, c’est pourquoi elle emploie de l’eau. L’indication quant à ses oeuvres « technique mixte », nous indique que l’artiste finalise probablement ses oeuvres à l’huile, par une dernière couche de glacis par exemple.
      Anne Pourny semble également utiliser en guise de palette une plaque de verre ou de Plexiglas, pratique bien courante.
      Merci à vous
      Cordialement

  9. Bonjour,
    allergique à la térébenthine, j’ai tenté de faire le premier « jus » avec le médium « Liquin original » que j’utilise d’habitude en petite quantité sur les couches « mi-grasses ».
    Dans cette première couche, très « lavis », j’ai beaucoup dilué la peinture avec ce médium.
    Ca a l’air de fonctionner.
    Qu’en pensez-vous ?….
    Merci d’avance pour votre avis.

    1. Bonjour, effectivement le liquin est bien adapté aux premières couches, notamment parce qu’il sèche très rapidement. Il m’est arrivé de l’employer moi-même de cette manière là. Bonne continuation !

  10. Bonjour,
    Je tiens tout d’abord à vous remercier pour tous vos précieux conseils.
    Je souhaiterais connaître la façon d’obtenir des filaments en peinture à l’huile à la manière de Michel Jouenne.
    J’ai essayé,et apparemment il dilue fortement sa peinture à l’huile avec de l’essence de pétrole.Ensuite il vaporise de l’eau sur cette huile très diluée ce qui provoque une réaction chimique(l’eau repoussant l’huile)et crée des filaments caractéristiques notamment dans ses marines.
    Mais cela va à l’encontre du gras sur maigre!!!
    Ai-je trouvé la bonne méthode ou est-ce fait autrement.
    Je vous remercie d’avance de m’éclairer sur ce sujet qui m’intrigue beaucoup.
    Annie

    1. Bonjour, je ne connais pas l’oeuvre de Michel Jouenne, j’ai donc du mal à me positionner par rapports aux filaments dont vous me parlez, mais techniquement, la règle du gras sur maigre n’est pas vraiment remise en cause. L’eau pure ne peut être considérée comme une « couche » car elle s’évapore presque immédiatement sans laisser de trace derrière elle (attention à bien prendre de l’eau déminéralisée). C’est toutefois un risque, car j’imagine qu’avec ce procédé les effets obtenus sont un peu aléatoires…
      Merci à vous. Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous humain(e)?! * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 4276 to the field below: