Connaître les différents supports

Le dernier article expliquait comment préparer son support, mais encore faut-il savoir le choisir! Il existe une multitude de possibilité avec pour chacun des critères et des caractéristiques qui leur sont propres. Il existe des supports souples tels que le papier et la toile et des supports rigides tels que le bois, le verre, le métal ou la pierre. Chacun à ses avantages et ses inconvénients et c’est ce que nous allons découvrir ici. Mieux connaître son support pour mieux le travailler!

Supports souples

La toile

Rouleaux-de-toile-2

L’usage du tissu comme support de peinture date de l’Antiquité. Au Moyen-âge il a été abandonné au profit des panneaux de bois, devenant globalement l’unique support. Puis au XVe siècle la toile redevient l’un des principaux supports pour la peinture artistique, cela s’explique probablement par l’évolution des machines à tisser. Avant cela, les peintres voulant utiliser ce matériau devaient se fournir chez les fabricants de voiles pour bateaux ou de sacs, ceux-ci composés de chanvre et de lin. Grâce à sa légèreté la toile permet aux peintres de réaliser facilement de très grands formats et de pouvoir les transporter, contrairement aux panneaux de bois qui peuvent s’avérer très lourds. En revanche elle est sensible aux chocs et c’est notamment pour cette raison qu’il est conseillé de la maroufler.  On distingue les toiles par leur force (résistance) et leur grain. Plus le grain est gros plus la peinture accroche donc favorise une bonne conservation. Il existe plusieurs sortes de toiles et leurs caractéristiques sont différentes :

  • Le lin : Grain fin, fibres solides, résistantes et absorbantes. La meilleure des toiles mais aussi la plus chère.
  • Le coton : Grain fin, souple, se tend ou se détend facilement selon le taux d’humidité. Bon marché.
  • Le chanvre : Gros grains, fibres solides et résistantes. Peu utilisé de nos jours.
  • Le jute : Qualité inférieure car trame assez grossière, préférable en décoration plutôt qu’en Beaux-arts car elle n’a pas beaucoup de tenue même tendue.
  • Le synthétique (polyester) : Reste neutre à l’humidité (ne se détend ou ne se rétracte pas). Se prépare avec un enduit acrylique. Assez bon marché.

Elles sont vendues soit tendues sur le châssis et donc prêtes à l’emploi, soit au rouleau entier (environ 2mx10m), que vous pouvez aussi faire découper au mètre. Ensuite, il faut qu’elle soit bien tendue ou fixée afin de préserver la couche picturale, donc soit la tendre sur un châssis soit la maroufler sur un autre support (panneau de bois par exemple). La toile doit absolument être encollée si vous comptez peindre dessus, cela permettra d’une part, de la rigidifier un peu sinon sa souplesse naturelle risquerait d’endommager la couche picturale, et d’autre part de la protéger des attaques extérieurs, comme l’humidité, les bactéries, etc… Tendre une toile sur un châssis est un exercice assez complexe (j’y consacrerai un article plus tard), pour ceux qui ne savent pas comment faire, je conseille d’utiliser les toiles toutes prêtes que l’on trouve dans le commerce, ou bien d’en faire fabriquer sur mesure pour les formats hors-normes. Vous en trouverez en lin, en coton, en synthétique ou bien même en lin/coton. 

Le papier

papier

Le papier est fabriqué à partir de fibres cellulosiques, il est naturellement absorbant. C’est en partie due à la quantité de colle utilisée lors de la fabrication que la porosité et la résistance varient. La fibre utilisée, l’épaisseur et la technique de fabrication sont les autres facteurs. Pour parler de sa résistance, on parle de « grammage », qui est le poids du papier par mètre carré. Grosso modo, plus le grammage du papier est élevé plus il sera résistant (à l’humidité, aux chocs, déchirures, etc…) Pour éviter l’apparition de micro-organisme (moisissures), il faut le conserver dans un endroit sec, également le protéger des chocs et des effets de lumière. Selon la technique pratiquée, le choix du papier ne sera pas le même. Il existe des papiers à dessin, pour la gouache et l’aquarelle, pour le pastel et également pour l’huile. Dans le commerce, vous trouverez aisément des papiers correspondants à chacune des techniques.

Pour les techniques à l’eau : Il doit pouvoir supporter l’humidité et doit être tendue afin qu’il ne gondole pas, en particulier pour le papier aquarelle. Au minimum, optez pour du 160gr, sachant que l’idéal pour l’aquarelle est au moins du 300gr. (Pour tout savoir sur l’aquarelle, cliquez ici!) Le papier aquarelle existe sous trois genres : Grain fin, grain satiné et grain torchon. Cela caractérise l’aspect et la porosité de sa surface, le rendu sera différent selon le grain. Le grain satiné étant le plus lisse. Ils existent dans tous les formats et même en rouleaux. Les papiers d’Extrême-Orient (Japon, Chine, Inde) sont fabriqués pour ces techniques à l’eau, ils sont résistants et absorbants. La gouache étant une peinture opaque, il est possible d’utiliser des papiers de couleurs.

Pour le pastel : Il faut qu’il soit légèrement poreux et « granuleux » afin que la matière accroche. Toutes les couleurs sont disponibles.

Pour l’huile : Le papier doit être marouflé sur un support plus rigide pour une bonne conservation de la couche picturale, sinon les mouvements du papier feront craqueler la peinture. L’idéal est le papier spécial pour l’huile qui est tramé comme une toile, on le trouve en bloc, à l’unité et en rouleau, tout cela dans différents formats.

Supports rigides

Ces matériaux ont besoin d’être dégraissés avant utilisation. Pour cela, utiliser une essence minérale pour les bois neufs, les métaux et le verre. De l’eau et de la lessive St. Marc ou bien un décireur  pour les bois bruts ou anciens.

Le bois

bois Le bois est un support pour la peinture utilisé dès l’Antiquité par les égyptiens, les grecs et les romains. Le mot « tableau »vient d’ailleurs de tabula qui signifie « table, planche » Si le bois est trop foncé selon vous, il suffit de lui appliquer un enduit clair et lumineux, si au contraire vous voulez garder les nervures du bois visibles, alors un encollage transparent suffira.

De nos jours, quelle que soit la forme du bois vendus dans le commerce, il est préalablement traité contre les vers et autres petites bestioles nocives à la conservation. Autrefois, des panneaux de bois de chêne, de peuplier, de hêtre, de noyer etc… étaient utilisés mais la fabrication est exigeante (nervure du bois à respecter) et aujourd’hui très coûteuse. Mieux vaut privilégier les dérivés modernes qui en plus d’être à bas coût assurent une pérennité, tels que le contre-plaqué, le MDF (ou médium), l’aggloméré, etc…. En revanche n’achetez pas de mélaminé car ce matériau est non-absorbant. Prenez garde toutefois que les panneaux soient bien résistants à l’humidité en privilégiant ceux qui sont fabriqués pour l’extérieur.

De plus, l’épaisseur choisit doit être plus ou moins proportionnelle à la dimension du panneau. Plus le format est grand, plus il faut le prendre épais. Mais pour éviter de se retrouver avec une lourdeur impossible à transporter pour les grands formats, il est recommandé d’utiliser des panneaux assez fins (4-5mm d’épaisseur) et de les coller à un châssis, ainsi vous obtenez un panneau léger et solide. Et pour une bonne préparation des panneaux, veillez à appliquer l’encollage sur les 2 côtés!

Le verre

Peindre sur du verre est tout à fait possible. Pour remédier au problème de l’accroche de la couche picturale sur ce support très lisse il suffit d’appliquer du fiel de bœuf, ou bien comme le préconise les recettes anciennes : Frotter une gousse d’ail sur la paroi! Ce support a l’inconvénient d’être fragile, mais l’avantage de ne pas se déformer. L’utilisation de ce support est complexe car les étapes de réalisation doivent se faire « à l’envers » puisque la peinture se verra à travers le verre,  il faut donc commencer par les étapes finales habituelles. Ferdinand Pire, artiste à Bruxelles est spécialiste de la peinture sur verre églomisé. Travail a découvrir ici.

Le métal

Ce matériau a été couramment utilisé au XVI et XVIIe siècle comme support pour la peinture à l’huile, notamment les plaques de cuivre. Les plaques étaient abrasées et frottées à l’ail pour faciliter l’accroche de la peinture grasse. Le métal a cependant tendance à se dilater à la chaleur.

La pierre

Elle peut aussi être utilisée comme support pour la peinture. Qu’elle soit sous la forme d’un caillou ou d’un mur maçonné, le principal étant de bien le préparer, soit avec un enduit qui recevra la peinture, soit avec une colle afin de maroufler le papier ou la toile. La porosité peut varier selon l’origine. Si vous compter peindre sur un mur, mieux vaut l’arroser environ 24h avant d’appliquer l’enduit. La pierre ou la roche doit être bien propre et sèche.   A présent, vous savez non seulement quel support convient le mieux à ce que vous recherchez, mais aussi le choisir et également le préparer (voir l’article précédant)!! Donc plus d’excuses pour les « ratages » techniques !content

Share Button

6 thoughts on “Connaître les différents supports

  1. Bonjour,
    merci pour votre site qui est une vraie mine de connaissances.
    Mais je ne trouve pas ma réponse, peut-être que vous pourrez m’aider à trouver ?
    Je cherche à peindre à l’huile sur surface lisse type verre mais moins fragile. Un support blanc à l’origine, teinté dans la masse afin de conserver toutes les propriétés de la surface lisse.
    J’ai pensé au dibond mais c’est très cher …. Merci d’avance pour vos lumières 😉
    Bonne journée.

    1. Bonjour, que pensez-vous du marbre, du Plexiglas, des plaques de cuivre ou de zinc (utilisées par les graveurs et disponibles dans les magasins de matériels artistiques) ?
      Merci à vous et bonne journée également

  2. Bonjouŕ
    J’ai réalisé des toiles avec de la peinture acrylique., sur des toiles préparées avec un gesso léger, les toiles avaient une dizaine d’année et étaient non peintes.
    Je l’ai ai faites en avril dernier, elles ont donc presque un an. Et elle commencent à craqueler très légèrement en vis à vis du cadre en bois mais sur l’avant de la toile… La couche d’acrylique est très fine et cela craquelle malgré tout. À l’endroit des empâtement avec de la modeling past cela craquelle seulement si je met une tension à l’arrière.

    Faut il laisser comme cela ou alors mettre un gesso ou du cataplex caparol liant acrylique à l’arrière de la toile pour faire un espèce de collage par l’arrière du tableau.
    Car maintenant je n’ose plus les proposer à la vente..

    Merci d’avance pour vos conseils.

    1. Bonjour, il y a bien souvent deux raisons aux craquelures de l’acrylique (peinture + gesso) : Soit les produits employés étaient de médiocres qualités ou trop anciens, soit la préparation du support a été insuffisante, absorbant alors une grande partie du liant, laissant la surface fragilisée.
      La première chose à faire serait de tendre la toile en forçant sur les clés du châssis. Plus la toile sera tendue, moins elle subira de tensions. Puis en effet, appliquer une couche de Caparol à l’arrière ne peut être que bénéfique. En ce qui concerne la face du tableau, si aucun vernis n’a été appliqué, vous pouvez alors effectuer des retouches sans problème. L’acrylique a bien des avantages…

  3. Bonjour Amandine,

    Je veux maroufler du papier kraft sur un châssis toilé pour ensuite peindre à l’acrylique. Quelle colle utiliser pour le marouflage ? Bindex ou colle blanche diluée ou Caparol ou gesso ? quelle type de préparation pour la toile ? enduction, une toile brute, ou une toile enduit universel ?
    merci par avance
    Bonne journée
    Syl

    1. Bonjour,
      Le papier se maroufle avec presque tous les produits que vous citez : bindex, colle universelle, liant acrylique et Caparol. En ajoutant 50 à 75% d’eau.
      Si la toile est déjà tendue et prête à peindre, alors vous pouvez maroufler directement. Si la toile est brute et non tendue, alors il faut au préalable la tendre (ou la maroufler elle aussi sur un panneau rigide) puis l’encoller d’au minimum 2 couches avec l’un des produits ci-dessus dilué. Et ensuite, une fois le support sec, vous pourrez maroufler le papier.
      Merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous humain(e)?! * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 9794 to the field below: