Différence entre l’essence de térébenthine et la térébenthine de Venise

Si un jour vous avez pensé que la térébenthine de Venise vous aiderait à diluer votre couleur, dans ce cas cet article va vous intéresser !

La confusion provient de la mauvaise exploitation du terme térébenthine. On appelle simplement térébenthine le diluant/solvant utilisé pour la peinture à l’huile, or ce raccourci nous fait oublier le principal : que c’est avant tout une essence de térébenthine.  Quant à la térébenthine de Venise, elle se nomme ainsi d’une part par son origine commerciale, puis par le nom sa matière première. 

En effet, la térébenthine est la résine des conifères, qui est d’abords extraite puis par la suite distillée. Deux produits résultent de ces deux actions : Un résidu visqueux qui durcit, la colophane, puis  une matière volatile, l’essence. Cette dernière est le résultat de l’opération de l’autre.

La térébenthine de Venise (ou de Mélèze)

pin du genre larix 

C’est une résine spécifique provenant de Pins du genre Larix. C’est un baume liquide insoluble dans l’eau mais soluble dans l’essence. Quant il rentre dans la composition de médiums pour peinture à l’huile, il donne un effet émaillée, augmente la souplesse et renforce l’éclat des couleurs. Attention toutefois de ne l’utiliser qu’en très petite quantité, car il retarde considérablement le temps de séchage et a tendance à brunir… Ces caractéristiques font que la térébenthine de Venise est également utilisée comme plastifiant pour les tempéras à l’œuf mais totalement déconseillée dans la fabrication de vernis.

L’essence de térébenthine

Elle est le véritable résidu de la distillation des résines provenant de diverses espèces de pins, principalement du pin maritime. La distillation doit s’effectuer à une température inférieure à 180°C et la résine doit être extraite d’un arbre vivant. Mélangée aux couleurs, l’essence de T. donne une pâte beaucoup plus légère et fluide mais un peu tirante, et utilisée seule, elle matifie  les couleurs, car après tout c’est un solvant, le pigment se retrouve donc « cassé », déconcentré. 

Qu’elles soient essence ou de Venise, les térébenthines sont aussi utiles l’une que l’autre, mais d’usage et de résultats opposés.

Share Button

5 thoughts on “Différence entre l’essence de térébenthine et la térébenthine de Venise

  1. Merci, grand merci pour l’information sur la différence entre baume de Téré et Téré. Grace à vous je peux m’y retrouver dans tous ces produits de toutes ces marques. Je ne cesse de me documenter et je trouve difficile d’y voir clair tant en termes de langage que de mise en oeuvre. Cela dit, j’y arrive petit à petit.
    GRAND MERCI. SYL

  2. Bonjour Amandine,

    quelle est la différence entre baume de térébenthine et térébenthine ?
    Merci également pour l’article comment fixer ses prix.
    Syl

    1. Bonjour, le baume de térébenthine et la térébenthine de Venise sont une seule et même chose. On dit aussi le baume de Venise. Merci à vous.

  3. Bonjour,
    Je me demandais quelle etait la difference entre la Therebenthine de Venise et le mediun Van Eyck ….qui ont sensiblement la meme texture …
    Merci
    François

    1. Bonjour François, la térébenthine de Venise est de la résine pure alors que le médium Van Eyck est un mélange de résine (mastic) et d’huile siccative. Cette différence se répercute dans le temps de durcissement. Le médium Van Eyck durcira plus rapidement que la térébenthine de Venise. Voilà tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous humain(e)?! * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 4983 to the field below: