La règle des formats…mais quelle idée!!

Ou pourrait-on dire, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

La composition étant un élément primordial dans la qualité d’une oeuvre, le choix du format du support doit être adéquat à votre projet.

Pour les châssis

Il existe des châssis carrés, rectangulaires, ovales et ronds. Les épaisseurs de bois varient selon le format dans un soucis de solidité.

En Europe, que ce soit chez les belges, les allemands ou les anglais, le principe utilisé est celui des formats métriques, c’est-à-dire un rapport longueur/largeur en chiffre rond (40x50cm, 60x80cm, etc…) En toute évidence…

format toileIl faut savoir qu’en France, le principe est toute autre ! Ce n’est pas la logique mais la proportionnalité ici utilisée. Les formats proportionnels sont basés sur des rapports mathématiques groupés en 3 sections : Figure, Paysage et Marine. Ils ont la particularité d’avoir une progression régulière de leur dimension, cela facilité l’agrandissement du sujet par exemple.
Les formats Marine ayant une dimension plus allongée que les deux autres, et le format Figure se rapproche le plus du carré.

  • Le format Paysage est construit sur le principe de la « Porte d’Harmonie » : le rapport de la longueur à la largeur est de 1,5
  • Le format Marine est construit selon le nombre d’Or (=1,61)
  • Le format Figure est un double rectangle d’Or.

Ces règles mathématiques sont propres à la composition dans la peinture traditionnelle occidentale.

Par exemple, un format 35 x 27cm est un 5F, le 100 x 73cm est un 40P.

Format-toile

Ces dimensions, appelées « points », sont indiquées sur les emballages ou directement sur le châssis.

Les formats « au point » sont utiles car les galeristes, experts et artistes s’en servent afin de fixer un prix à l’oeuvre. Par exemple, pour un artiste professionnel à renommée somme toute relative, on va compter plus ou moins 60€ par point. Donc pour un 10F, 10P ou 10M, il faudra compter  une valeur approximative de 600€. Bien évidemment, il faut ajuster le prix en fonction de la technique, du sujet et de la renommée de l’artiste (voir l’article sur les tarifs des oeuvres).

Voici une petite vidéo explicative des formats de toiles par Frédéric de Beauxarts.fr :

Format de papier

Puisque la simplicité peut parfois être ennuyeuse, voici à présent les format standards des papiers !

format papier

Les formats ci-dessus se basent sur les proportions du mètre carré (A0=1m2; A1=moitié de 1m2, etc…). Ils suffit de diviser les mesures par 2. Mais il faut savoir que ceux-ci sont « administratifs », ils ne correspondent en rien aux papiers utilisés dans les Beaux-arts !
Les blocs de papier pour les beaux-arts relèvent d’un ancien système encore conservé de nos jours. D’où les noms quelques peu poétiques et fantaisistes :  format raisin, format grand-aigle, etc.

Formats des papiers selon C-M Briquet (dictionnaire historique des filigranes, 1903)

Les dimensions ont quelques peu été modifiées avec le temps. Voici la version contemporaine !

Format papier

Seul le format « raisin » correspond à un format de châssis, le 15P.

En revanche, aux Etats-unis et Canada, les standards sont tout autres, aussi bien pour les toiles que pour les papiers. Mais là, c’est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *