La tempera à l’oeuf

La Tempera, qu’est-ce donc? C’est un terme qui n’est pas très clair chez beaucoup de gens. En effet on utilise ce mot pour parler d’une peinture avec l’oeuf comme liant, mais également pour désigner simplement une peinture à l’eau. Alors d’où vient cette confusion?
Sa propre définition est le coupable ! Car  le terme « Tempera » est tiré du latin qui signifie mélanger ou combiner.
Tempérer signifie « mettre une poudre en pâte à l’aide d’un liquide liant pour en faire une peinture », mais également « faculté de régler, de mettre au point en prenant le juste milieu » ce que permettent bien les deux liquides à tendances contraires : eau/huile ou eau/œuf »selon Marc Havel.

Dans cet article, c’est bien entendu de la tempera à l’œuf dont nous allons parler, cette technique traditionnelle et historique.

Ses caractéristiques : 
C’est une peinture à l’eau ayant l’œuf comme liant, ce qui fait d’elle une émulsion de type « huile dans l’eau » car le jaune d’oeuf est « huileux ». Elle peut être modifiée en agissant soit sur la partie aqueuse, soit sur la partie huileuse, ces modifications donnent des tempéras « maigres » ou « grasses » selon les proportions de l’un ou de l’autre.
De multiples recettes existent pour sa fabrication, donnant des propriétés différentes. Il n’y a pas réellement de règle de fabrication standard à respecter.
C’est la technique la plus solide, une fois sèche elle ne se dissout ni à l’eau, ni à la térébenthine, ni à l’alcool. Par contre elle sèche très vite ce qui rend compliqué la réalisation des fondus et des dégradés par exemple. Et son œuf la rend très sensible à l’humidité et aux moisissures. Donc attention à la bonne conservation. C’est pourquoi, si vous fabriquez votre peinture vous-même, fabriquez là au fur et à mesure de votre usage, ne la stockez pas elle moisirait.
Et contrairement à l’aquarelle ou à la gouache, il est possible de superposer les couches.

Son utilisation

C’est la technique traditionnelle des icônes, sur du plâtre ou sur des panneaux de bois recouverts d’un enduit (craie/colle de peau), bien que la toile fasse aussi très bien l’affaire de nos jours. Il faut juste que la surface soit assez absorbante. En séchant les couleurs se matifient et ternissent, mais l’application du vernis va leur redonner tout leur éclat. C’est un étape indispensable. Les enlumineurs autrefois utilisaient la pierre d’agate pour brunir les tempéras, outil généralement utilisé par les doreurs.

Pierre d'agate

Pierre d’agate

Son usage

Le rendu final est assez exceptionnel et unique. C’est idéal pour donner un style ancien à votre œuvre. Les couleurs préparées dans le commerce sont limitées mais les nuances sont toutes naturelles.
Cette technique est souvent utilisée comme ébauche sur laquelle on peint à l’huile par la suite.

Vierge à l'enfant. Cima

Vierge à l’enfant. Cima

Sa composition

Elle est donc composée de pigments et principalement de jaune d’œuf même s’il peut y avoir parfois l’œuf entier. Un faible pourcentage d’agent conservateur est indispensable afin que les produits naturels ne pourrissent pas trop rapidement.
Comme indiqué plus haut, les recettes sont innombrables. Selon Nicolas Wacker, la proportion pigment/œuf est de 1 :1, qu’il faut allonger avec de l’eau pour avoir la consistance souhaitée. Voici sa recette pour peindre à l’œuf entier : « Cassez l’œuf dans une assiette sans briser le jaune et sans mélanger au blanc. Avec une brosse, retirer le germe qui adhère au jaune, et aussi la peau qui l’enveloppe. Mettre ensuite l’œuf dans un flacon et secouer énergiquement. L’ajouter en peignant au pigment. Allonger à l’eau ». Selon lui, ajouter du vinaigre comme on le voit souvent dans les recettes, est complètement inutile car l’acide est néfaste sur certain pigment.

oeuf

Sa forme

Elle n’est vendue que sous forme de petits tubes (environ 37ml), car d’une part elle est malheureusement très peu utilisée de nos jours, puis sa conservation est assez mauvaise dans la durée. La peinture finit par durcir dans son tube au bout d’un certain temps. Prenez soin de bien protéger vos couleurs de l’air libre, ça ne ferait qu’accentuer le processus. Il est conseillé de les mettre au frigo par exemple.

Les deux principales marques sont les Sennelier et les Daler-Rowney :

tempera à l'oeuf de Sennelier et de Daler-Rowney

tempera à l’oeuf de Sennelier et de Daler-Rowney

Historique

C’est la peinture à l’eau la plus ancienne, elle était utilisée par les égyptiens, les byzantins ainsi qu’à l’époque médiévale, puis  elle a cédé sa place petit-à-petit au XVe siècle lors de la découverte de la peinture à l’huile. (Suite de l’histoire ici!). Cette technique est tellement solide que les œuvres médiévales réalisées à la tempera à l’œuf sont les mieux conservées de notre patrimoine.

Jaune d'oeuf soleil par Dalì

Jaune d’oeuf soleil par Dalì

Be Sociable, Share!

9 thoughts on “La tempera à l’oeuf

  1. Bonjour et félicitations pour ce site bien fait et pratique. Retrouvons enfin nos bonnes vieilles techniques confisquées par les temps modernes. Elles ont fait leurs preuves et doivent nous servir à grandir. Le diplôme délivré au Mans ou à Bordeaux s’appelle « peintre en décor, mention techniques anciennes » de niveau III (bac+2), il permet une autonomie créatrice appuyé sur ces techniques.
    Bravo pour ce site efficace. AnneBarkhausen.

    • Merci Anne pour votre soutien ainsi que votre indication pour cette formation. Elle m’a l’air effectivement plutôt intéressante!

  2. Le vernis me semble trop fort pour une peinture à base du jaune d’œuf. Il existe d’autres manières de protéger une tempera comme huile Olifa. Récemment, j’ai même fait un essaie avec la cire froide (Cold Wax): on met une couche très mince partout sur la peinture et la frotte légèrement comme faire cirer une chaussure. Pour le moment, je suis satisfaite du résultat car les teintes de couleur deviennent plus intenses. Il faut cependant attendre plusieurs mois pour être sûr que ça sèche avant de mettre une couche de protection dessus.

  3. Je pratique (en débutante) la tempera : les tons restent lumineux, les couleurs restent « fraîches » …elles ne se ternissent pas au fil du temps !?
    Il faut choisir (je vous cite) :D :D
    « Et contrairement à l’aquarelle ou à la gouache, il est possible de superposer les couches »
    « En aquarelle, les couleurs s’appliquent par superpositions, commençant toujours par le plus clair jusqu’au plus foncé. »http://techniquedepeinture.com/fiche-technique-aquarelle/#more-202
    C’est très agréable d’avoir un site où il est question de techniques ;) :)

    • En effet vous avez raison, les couleurs ne ternissent pas dans le temps sinon les œuvres médiévales ne seraient pas aussi bien conservées. Par contre il y a une réelle différence entre les teintes encore fraîches et celles qui sont sèches. C’est un cas de figure que je connais, sur toile les couleurs à la tempera se sont rapidement matifiées et les teintes ont perdu tout leur éclat. Pour les raviver la pose de vernis a été indispensable. C’est certainement du à la toile trop absorbante, peut-être pas assez préparée. Bien évidemment, les réactions peuvent être multiples étant donné que les proportions utilisées et les préparations des supports seront différents selon les personnes.

      Quant aux phrases que vous citez, dans le sens c’est en effet une contradiction mais pas dans la pratique. L’aquarelle et la gouache sont des peintures « réversibles », c’est-à-dire qu’une fois sèches il suffit de remouiller pour que les couleurs se rediluent, ce qui rend compliqué les reprises et les superpositions. Tandis que la tempera est une technique permanente grâce à la présence de son oeuf, donc vous pouvez mettre une touche de bleu sur du jaune déjà sec sans risquer d’avoir du vert! Chose difficile à obtenir avec de la gouache ou de l’aquarelle :)

  4. Bonjour,
    bravo pour vos articles !
    Pour enlever l’enveloppe du jaune d’œuf, j’utilise personnellement une méthode très efficace qui consiste à déposer la poche sur un papier essuie-tout à la faire rouler vers le bord. Il suffit ensuite de percer la poche avec une lame de cutter pour recueillir le jaune dans un récipient. La totalité de l’enveloppe reste accrochée sur le papier.
    Bien cordialement
    Jean-Pierre Brazs (auteur de « Manières de peindre, carnets d’atelier)

    • Merci beaucoup et sachez que c’est un honneur de vous savoir comme lecteur, vous êtes une référence :)
      Et n’hésitez pas à commenter mes articles, je suis convaincue que vous avez plein d’autres astuces à nous faire partager!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>