Les secrets des Maîtres : Les couleurs

Un peintre devient un Maître dès lors qu’il acquiert une maîtrise parfaite de son art. Et pour cela, il doit connaître toutes les ficelles de son métier par la technique, le matériel, le savoir-faire, les problèmes et solutions, etc… tous ces domaines doivent être connus afin de pouvoir les contrôler et de pouvoir les adapter à son propre dessein.

Un Maître est bien le seul pour qui son art n’a plus de secret. Et les secrets sont nombreux ; en voici déjà un dans cet article.

La révélation

Savez-vous quel est le point commun entre ces deux œuvres ??

secret de maitre - couleurs
La Joconde de Leonard de Vinci (1503-1517) et Map de Jasper Johns (1961)

La gamme de couleurs !

A première vue, on n’y croirait pas, mais à y regarder de plus près et plus attentivement, on s’aperçoit que le processus de sélection des couleurs est similaire. C’est la complémentarité des teintes chaudes (nuances de jaune) et des teintes froides (nuances de bleu) qui créée une harmonie et une profondeur.

Il faut bien évidemment prendre en compte que les œuvres anciennes ont vieilli, les teintes jaunissent naturellement à cause des matériaux employés. La Joconde avait donc des couleurs un peu plus vives autrefois.

Les teintes chaudes :

secret de maitre - couleurs n

L’image ci-dessus montre que les couleurs chaudes employées dans les deux tableaux appartiennent à la même gamme chromatique : jaune orangé. Leonard de Vinci a utilisé ces couleurs pour le personnage et les plans les plus proches. Jasper Johns quant à lui les a utilisés avec parcimonie et les a disposés à des endroits bien déterminés et de manière équilibrée sans régularité pour autant.

Les teintes froides :

secret de maitre - couleurs

Ci-dessus, les teintes appartenant à la gamme des bleus. La Joconde pose devant une perspective atmosphérique efficace grâce à l’emploi de teintes froides en arrière-plan. Plus le paysage s’éloigne, plus il se refroidit. Bien qu’un peu verdâtre (peut-être à cause du jaunissement naturel), le lointain est composé de teintes bleutées qui contrastent avec les couleurs chaudes des premiers plans. Jasper Johns a à sa manière crée le même phénomène par l’emploi de ces bleus.

Explication

Le choix des couleurs est l’un des éléments les plus complexe de la peinture. La gamme chromatique est infinie, c’est incontestable, mais pour créer une oeuvre puissante et efficace, évitons le hasard.

cercle chromatique

Le cercle chromatique le voici ci-dessus. Tout peintre se doit de le connaître. Il indique les 3 couleurs primaires, les 3 secondaires puis toutes les ternaires, dans un cercle qui donne ainsi les complémentaires et également les couleurs chaudes et froides. Nous avions déjà vu cela lors d’un précédant article sur la complémentarité des couleurs utilisée pour créer des contrastes ombres/lumières au sein d’un sujet : Lumières, couleurs et contrastes.

Nous savons à présent que les couleurs froides provoquent une impression de distance, tandis que les chaudes semblent proches. Nous savons également que deux complémentaires côte-à-côte créent un fort contraste. A partir de ces deux principes, une sélection peut déjà s’opérer selon le sujet à réaliser et les éléments à mettre en avant.

Le choix du bleu vif et du jaune-orangé est clairement efficace car ce sont deux couleurs complémentaires. Cela se vérifie simplement en traçant le diamètre sur le cercle, elles se font face. Par conséquent, La Joconde et Map sont deux toiles harmonieuses et vivantes car une profondeur s’y dégage, créant alors un mouvement dans notre inconscient.

Démonstration

Si on observe bien les chefs d’œuvres de maîtres, tous sont construits de cette manière.

secret de maître - couleurs. oeuvres
La jeune fille à la perle de Vermeer (1665) – Odalisque de Ingres (1814) et La sieste de Van Gogh (1890)
secrets de maitres
Les montres molles de Dalì (1931) – Les demoiselles d’Avigon de Picasso (1907) – Autoportrait de Renoir (1876)

Peu de peintres utilisent ces principes chromatiques, dans l’idée probablement que le sens de l’harmonie des couleurs est instinctif et inné… C’est par cette attitude qu’un Maître se distingue des autres, car c’est l’exigence et la compréhension du processus qui amènent à l’excellence.

Share Button

6 thoughts on “Les secrets des Maîtres : Les couleurs

  1. A propos des cercles ou disques chromatiques, dont l’interprétation reste parfois purement théorique pour certains et souvent malaisée à utiliser au plan pratique du bout du pinceau ou de la brosse, il me semble intéressant d’ouvrir d’autres voies de réflexion.
    Tout simplement en rappelant qu’il existe également des approches assez différentes mais qu’on ne peut ignorer.
    Par exemple la théorie des couleurs de GOETHE, sa présentation résumée sous forme de triangles interprétables de diverses manières.
    Sous cet angle spécifique, et pour compléter, on pourra utilement consulter un ouvrage fort intéressant : L’INTERACTION DES COULEURS, édité dans les années 60-70 par Josef ALBERS, artiste allemand reconnu.
    Bien cordialement.
    L.P.

  2. Un article pertinent pour une première partie de la théorie des couleurs.
    Merci
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous humain(e)?! * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 4667 to the field below: