Lumière, couleurs et contraste

Le relief, la texture, le modelé, l’intensité,… Tous ces effets sont obtenus seulement par la mise en place de l’ombre et de la lumière, déterminants pour le rendu final. Ce sont ces contrastes qui donnent vie à votre œuvre. Expliquons et comprenons !

Contraste par le clair et le sombre

Commençons par le plus évident et le plus simple : La mise en place de l’ombre et de la lumière au sein d’un dessin au crayon. On peut voir sur ces images qu’une ligne crée une forme, et que l’ombre crée une profondeur.

La forme, puis l'ombre et la lumière

Portrait au contour, portrait ombré

C’est cette profondeur qui va nous donner un semblant de vie. Il suffit parfois de peu, avec simplement quelques ombres sur le côté de ce visage, sur la lèvre supérieure, les narines et les paupières, cette nous paraît déjà plus vivante. Afin d’avoir un effet réaliste, les ombres et lumières doivent être placées correctement. Si vous avez un modèle sous les yeux, tant mieux, alors observez-le, la reproduction est le meilleur apprentissage. Il s’agit de ne pas perdre la logique ni la cohérence du phénomène naturel de la lumière. L’ombre étant par définition cachée de la source lumineuse, la lumière provient d’en haut à gauche ici sur nos exemples, puisque les ombres sont placées principalement sur le côté droit.

Source des lumières
Source de lumière

Une zone noircie indique la profondeur, au contraire, une zone laissée blanche indique son contact direct avec la lumière. Par conséquent, plus le contraste est élevé entre l’ombre et la lumière, plus le relief est marqué. Ceci nous envoie évidemment à l’emploi du clair-obscur dans la peinture :

De la tour, Caravage, Rembrandt
De la tour, Caravage, Rembrandt

couleurs-lumière-perceptionEn plus de l’importance de l’ombre par son intensité et son emplacement, la couleur à également son rôle à jouer. Car dans la réalité, la lumière est rarement blanche et l’ombre noir. Les couleurs sont partout et elles s’influencent les unes aux autres. Elles dépendent énormément de leur environnement.

Voici une vidéo qui démontre bien ce propos (cliquez sur l’image)

visage-lumiere-differente

 

Contraste par les couleurs complémentaires

 

Le cercle chromatique
Le cercle chromatique

Les Impressionnistes et les Pointillistes ont été les premiers à mettre en pratique ce qu’Eugène Chevreul, chimiste français, a clairement démontré à travers sa Loi du contraste simultané des couleurs en 1839. Selon lui, une couleur ne peut être déterminée qu’en fonction des couleurs de son environnement. Une fois les artistes conscients de ce phénomène, les œuvres d’art se sont retrouvées bien plus lumineuses !Voici une très brève explication pour ceux qui sont actuellement en train de découvrir : Magenta, cyan et jaune sont les trois couleurs primaires. Elles sont neutres et permettent donc d’obtenir par mélange toutes les autres.

Les couleurs secondaires sont obtenues par le mélange de deux primaires : Violet (rouge+bleu), vert (bleu+jaune), orange (jaune+rouge).

La couleur complémentaire est celle qui est diamétralement opposée sur ce cercle, indiquée ici par la flèche. Par exemple la complémentaire du violet (rouge+bleu) est jaune. La complémentaire du rouge est le vert (bleu+jaune), etc.

Pour illustrer cette science des couleurs, les œuvres de Monet sont un parfait exemple : La lumière dans ce tableau est orange, on la voit dans le ciel à l’horizon, sur les mottes de terre derrière les meules et sur les meules elles-même. Par conséquent, afin de contraster au plus fort avec cet orange, Monet a utilisé le bleu cyan pour les ombres. Bien que ce soit un bleu clair qui ait servi à représenter une ombre, l’illusion du réalisme fonctionne .

Les meules à Giverny par Monet
Les meules à Giverny par Monet

Autre exemple probant avec ce tableau : Seules des couleurs claires et blanchâtres sont utilisées et pourtant le rendu de l’ombre et de lumière est saisissant. Cet effet n’a pu être réalisé qu’à partir de l’emploi des complémentaires, aussi subtil soit-il. Sur la jupe, la lumière est légèrement jaune c’est pourquoi la partie ombrée est légèrement violacée. Le visage semble être à l’ombre grâce au vert ambiant, utilisé aussi bien pour l’ombrelle que pour teinter le visage, orangé de nature.

Ces contrastes sont tellement subtils qu’on ne les distingue pas au premier abord. Tout le travail du maître est là. 🙂

Jeune fille à l'ombrelle par Monet
Jeune fille à l’ombrelle par Monet

 

Share Button

3 thoughts on “Lumière, couleurs et contraste

  1. Bonjour Amandine,
    merci pour cet article. Le travail avec les couleurs complémentaires est un sujet passionnant.
    On n’aura jamais fini de l’explorer et d’en connaître toutes les subtilités…
    En tout cas, moi, en tant que peintre, ça me passionne beaucoup.
    Dans un article sur mon blog, je faisais remarquer que les couleurs complémentaires pouvaient aussi être utilisées pour donner une impression de profondeur dans un tableau, par exemple un orange vif sur un arrière plan bleu-violet.
    Je pense qu’il y a mille manières d’utiliser au mieux l’effet de contraste que nous donnent les couleurs complémentaires.
    Encore merci et à bientôt.

    1. Bonjour Etienne, merci pour ton commentaire et félicitation pour ton blog. Je viens d’aller le voir et c’est une bonne chose de parler de l’aérographe. A bientôt.

      1. Merci de m’encourager à parler de l’aérographe, c’est un outil assez méconnu des artistes qui pourtant offre des résultats graphiques formidables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous humain(e)?! * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 9208 to the field below: