Peindre comme Jean-Auguste-Dominique Ingres

J-A-D Ingres (1780-1867) est considéré par certain comme un fervent conservateur des traditions, et par d’autres, comme étant un novateur. Ce paradoxe a bien souvent été mal compris par ses contemporains. Bien que sa technique soit traditionnelle, dans le respect des règles apprises dans l’atelier de David, son traitement des sujets est quant à lui révolutionnaire pour l’époque. Ingres est le premier à peindre ce qu’il voit et ce qu’il ressent, et non ce qu’il sait de la nature. Il intègre l’émotion au sein de l’oeuvre. Sachons-en un peu plus sur lui à travers son parcours, ses écrits et sa technique !  :

Son parcours

Jean-Auguste-Dominique Ingres est né en 1780 à Montauban en France. Encouragé par ses parents à suivre une voie artistique, il entre à l’Académie des Beaux-arts de Toulouse à l’age de 11 ans, et intègre quelques années plus tard, en 1797, l’atelier de Jacques-Louis David. Un tel enseignement lui a permis de recevoir le prix de Rome de peinture d’histoire en 1801, grâce à son tableau Achille recevant les ambassadeurs d’Agamemnon. Grâce à cette réussite, il part à Rome en 1806 pour plusieurs années.

Ingres - Achille recevant les ambassadeurs d’Agamemnon - 1801
Ingres – Achille recevant les ambassadeurs d’Agamemnon – 1801

C’est lors de ce séjour à Rome que Ingres découvre l’œuvre de Raphaël, qui deviendra son modèle et son inspiration. Ce contact direct avec les œuvres des grands maîtres lui permet d’approfondir son art.  Mais il lui a fallut attendre 1824 pour avoir un certain succès en France, grâce à son tableau Voeu de Louis XIII exposé au Salon et destiné à la cathédrale de Montauban.

Ingres - Voeu de Louis XIII - 1824
Ingres – Voeu de Louis XIII – 1824

J-A-D Ingres est nommé directeur de l’Académie de France à Rome, à la villa Médicis. Poste qu’il gardera de 1835 à  1840. Il meurt en 1867 après la gloire et la reconnaissance. « Monsieur Ingres », comme il se faisait appelé, a tout au long de sa vie écrit ses réflexions artistiques et son enseignement dans une dizaine de carnets.  Ses carnets sont aujourd’hui réunis en un ouvrage passionnant (déjà lu plusieurs fois 😀  ) : Ecrits sur l’art: Cahiers rouges – nouveauté dans la collection – préface d’Adrien Goetz.

Ses écrits

Ce livre est très intéressant pour tous les peintres, apprentis ou confirmés, car il nous permet de recevoir ne serait-ce qu’une petite partie ou un aperçu de l’enseignement qu’il a dispensé à ses élèves. Ce n’était pas prévu pour la postérité, Ingres notait simplement ce qu’il devait surement répéter à ses élèves, ainsi que des citations, des listes de tableaux qu’il avait peint, etc… Comme des aides-mémoires. Ces carnets relèvent du domaine privé, c’est sa femme qui les avait en sa possession lors de sa mort. Heureusement pour nous, les avoir publié permet de diffuser et de transmettre ce savoir et ces réflexions picturales si grandioses! Le premier à diffuser l’enseignement d’Ingres est Henri Delaborde (1811-1899) dès 1870. La version de Delaborde, a été complétée avec des notes prises par les élèves pendant les cours, des correspondances, etc… Ingres devient alors un personnage familier. De nombreux grands artistes se sont inspirés de toutes ces maximes devenant pour certains presque une doctrine. Favorisant alors le rayonnement de J-A-D Ingres, et même encore de nos jours.

Ingres- autoportrait à l'âge de 24 ans - Peint en1804 et retouché de nombreuses fois jusqu'en 1851
Ingres- autoportrait à l’âge de 24 ans – peint en 1804 et retouché de nombreuses fois jusqu’en 1851

Puvis de Chavannes, Degas, Picasso,… nombreux sont ceux qui ont appris les leçons de « Monsieur Ingres ». D’ailleurs quand Picasso dit ce fameux « Je ne cherche pas, je trouve« , il est aisé de faire la relation avec ce qu’a dit Ingres « Il ne faut pas essayer d’apprendre à faire le beau caractère, il faut le trouver dans son modèle« .

Ingres fait l’éloge du beau, de la pureté de la ligne, du travail acharné pour le dessin et l’exercice de la main. Il parle également de la couleurs et des émotions dans la peinture. Et c’est par cet élément qu’il se distingue des autres élèves de David et des peintres académiques, Ingres recherche avant tout le « beau idéal » et laisse parler l’émotivité de l’artiste. C’est une vraie révolution dans le domaine pictural, car jusqu’à présent les peintres devaient apprendre la nature et l’anatomie de manière quasi-scientifique afin de rendre la réalité le plus fidèlement possible. Il enseigne le contraire de ce qu’il a appris lorsqu’il préconise de « peindre ce que l’on voit, et non ce que l’on sait« .

Selon lui, c’est la nature de l’artiste qui doit paraître dans l’oeuvre en interprétant le sujet par rapport à ce qui est ressenti. « Trop de science nuit à la sincérité du dessin et peut conduire à une image banale de la forme ». La peinture devient dès lors spirituelle.

Jupiter et Thétis - La Grande Odalisque - portrait de Mlle Rivière
Jupiter et Thétis – La Grande Odalisque – portrait de Mlle Rivière

Comme le dit Adrien Goetz dans la préface de l’ouvrage, Ingres modifie quelque peu la nature, déforme la réel afin d’exprimer le caractère. C’est pourquoi le bras de Thétis est trop long, l’Odalisque a trop de vertèbres, et les yeux de Mlle Rivière sont trop gros! Ces « bizarreries » comme disent les critiques de l’époque, lui sont reprochées mais elles sont délibérées par l’artiste, et ce dans l’unique but de créer le plus bel effet.

 

Sa technique et son enseignement

Cependant, bien que l’artiste doit peindre ce qu’il ressent, Ingres est aussi un fervent défenseur de la technique traditionnelle. Il peint avec plusieurs couches de glacis, avec une pâte fluide pour un rendu lisse. Pour lui, laisser la touche apparente est un abus d’exécution, c’est-à-dire  » la qualité des faux talents », car  » au lieu de l’objet représenté, elle fait voir le procédé; au lieu de la pensée, elle dénonce la main. » Voici ce qu’il dit :

Au sujet du dessin :

Plus les lignes et les formes sont simples, plus il y a de beauté et de force. Toutes les fois que vous partagez les formes, vous les affaiblissez. Il en est de cela comme du fractionnement en toute chose.

Dans la construction d’une figure, ne procédez point par point. Conduisez tout en même temps, et, comme on dit fort bien, dessinez l' »ensemble ».

L’expression en peinture exige une très grande science du dessin, car elle ne peut être bonne si elle n’a pas été formulée avec une justesse absolue. Ne la saisir qu’à peu près, c’est la manquer. 

Au sujet de l’anatomie :

Je tiens à ce qu’on connaisse bien le squelette, parce que les os forment la charpente même du corps  (…) ils sont pour le dessin des points de repère. (…) Il faut cependant se rendre compte de l’ordre et de la disposition des muscles afin d’éviter des fautes de construction. 

Dans une tête, la première chose à faire pour l’artiste c’est de faire parler les yeux. 

Sur la lumière :

Dans un tableau, il faut que la lumière tombe quelque part avec force et que l’attention du spectateur soit attiré sur ce point. 

Sa technique :

  1. Ingres utilise parfois des toiles à la trame assez grossière, irrégulière. Le plus souvent, il garde la blancheur de l’apprêt, rompant ainsi avec la tradition qui appliquait une couche de teinte ocre rouge sur le support.
  2. Il ébauche de manière franche, voir même empâtée, afin de créer un sentiment de couleur. Il laisse ainsi la peinture se durcir pendant minimum un mois. La peinture à l’huile a en effet un processus naturel long.
  3. Plusieurs couches de glacis sont superposées les unes sur les autres, cela crée un meilleur modelé et supprime les traces de pinceaux. Il estompe avec une brosse souple. Il applique les glacis partout sauf sur les blancs, évitant ainsi le jaunissement excessif.
  4.  Sa pâte est riche et fluide, les médiums qu’il emploie ne contiennent pas trop d’huile (pour ne pas qu’ils jaunissent), un peu de résine (pour une meilleure conservation des couleurs), et un peu de diluant afin de créer une pâte fluide.
  5. Puis il rehausse parfois certains détails.

 

Ingres connaissait son métier et maîtrisait la technique, de telle sorte qu’il arrivait à anticiper et prévoir le vieillissement de ses tableaux. Il peignait volontairement avec des couleurs assez froides pour contrecarrer le jaunissement naturel de l’huile. Ses connaissances techniques lui ont permis de prendre le vieillissement de ses œuvres à son avantage.

Le temps se chargera de finir mes ouvrages

Et en effet, ses œuvres sont admirablement bien conservées…

Ingres - Louise de Boglie, comtesse d'Haussonville - 1845
Ingres – Louise de Boglie, comtesse d’Haussonville – 1845


Share Button

One thought on “Peindre comme Jean-Auguste-Dominique Ingres

  1. un grand peintre que j’admire, ses œuvres reste à jamais une gloire pour la peinture française. ingre dessine avec une telle simplicité, que le réel de son œuvre nous laisse chantés et dansés.
    Abder ALGERIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous humain(e)?! * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

For spam filtering purposes, please copy the number 2863 to the field below: